Articles

Quand Le Refuge Angers fait de la lutte contre les LGBTphobies à géométrie variable

Dimanche 8 mars, Richard Renault, délégué régional du Refuge basé à Angers, publiait ce tweet sur son compte personnel et associatif : « Dimanche prochain, je votrai pour la liste @AngersPourVous et @ChristopheBechu. De vrais engagements tenus au 1er mandat pour lutter contre l’homophobie et protéger les jeunes #LGBT grâce au financement de lieux de vie @LeRefuge_Angers par la ville #Angers (photo avril 2018). »

Un responsable associatif peut annoncer le choix de son prochain vote. Ce n’est pas choquant.
Cela révèle en revanche un sérieux problème de pinkwashing quand l’association dont il fait partie devient l’argument politique au détriment du fond : la lutte contre toutes les LGBTphobies.

QUAZAR aussi a bénéficié de la mise à disposition d’un nouveau local en novembre 2019 par la majorité actuelle. Laquelle perpétue ainsi la volonté de la majorité de Jean-Claude Antonini (PS) depuis les années 2000. Pourtant QUAZAR n’appellera pas, pour cette raison, à voter pour Christophe Béchu (ex LR, soutenu par LR et LREM) maire sortant et candidat à sa propre réélection, ou pour tout·e autre candidat·e.

Avec son argument massue, Richard Renault ne pipe pas mot de la campagne de prévention du ministère de la Santé contre le VIH, à destination des gays, censurée par Christophe Béchu le 21 novembre 2016 (Courrier de l’Ouest). Il a plutôt retweeté les photos des sucettes Decaux de la campagne d’affichage du Refuge lors de son officialisation à Angers en 2019. Emplacements accordés par la majorité sortante, sur un de ses créneaux annuels. Signe évident du changement du candidat Christophe Béchu, faut-il comprendre.

Ainsi donc, une campagne au bénéfice du Refuge ferait oublier, réparerait, la censure d’une campagne de prévention contre le VIH. Elle primerait et ferait sens politique au bénéfice du candidat sortant parce qu’il a soutenu Le Refuge. Symboliquement c’est faux. Une campagne du Refuge, ou de toute autre association LGBTI, ne pourra jamais remplacer une campagne publique contre le VIH, tellement indispensable à destination du public gay.

Dans sa prise de parole publique, Le Refuge nous fait surtout la démonstration qu’il veut être lui-même l’objet politique consubstantiel avant la cause qu’il défend.

Le pinkwashing du Refuge en roue libre
L’analyse d’une politique municipale en faveur de toutes les personnes LGBT, tous âges confondus, se base d’abord sur tous les faits positifs et condamnables d’une mandature. Et non sur ceux uniquement favorables à une association donnée. Trouver des vertus gay friendly au candidat sortant pour ses seules largesses envers sa propre association, tout en passant sous silence d’autres événements de sa mandature, en dit long sur Le Refuge et son pinkwashing. Procédé marketing et d’influence utilisé dans le but de donner une image progressiste et engagée pour les droits LGBTI+ à un bord politique, en taisant volontairement son homophobie passée ou actuelle.

Richard Renault et Le Refuge, en minimisant la censure passée, qui a certes eu lieu avant leur inauguration à Angers mais dont ils ont eu pleinement connaissance, ne disent pas autre chose que leur accord avec Christophe Béchu. Le maire sortant a décidé politiquement de ce qu’il tolérait dans sa ville, notre ville ; une campagne pour Le Refuge. Le maire sortant a surtout décidé de ce qu’il ne tolérait pas dans sa ville, notre ville ; un message de prévention multiple contre le VIH à destination des gays. Pour rappel, cette campagne a été censurée par le maire sortant en raison de la présence de l’expression « Coup d’un soir », jugée très choquante. Embrassons-nous, Folleville !

QUAZAR a dénoncé et manifesté contre cette censure avec nombre d’associations, d’actrices et d’acteurs de la lutte contre le VIH, les hépatites et les IST, et ne l’a pas oubliée.

QUAZAR ne peut pas non plus passer sous silence le fait que cinq adjoint·e·s* de Christophe Béchu, qui procèdent à des mariages en mairie, aient déclaré publiquement le 21 novembre 2016, à Ouest France, ne pas vouloir marier des couples de même sexe à Angers. Ce qu’ils ont appliqué dans les faits sans jamais avoir été sanctionné·e·s par le maire sortant. Quatre d’entre elleux se représentent cette année sur la nouvelle liste de Christophe Béchu.

QUAZAR ne peut pas non plus passer sous silence le fait que Maxence Henry, adjoint à la politique intergénérationnelle et aux seniors, ait participé le 6 octobre 2019 à une manifestation de la Manif pour tous contre la PMA, portant son écharpe tricolore d’adjoint au maire d’Angers. Il n’a jamais été sanctionné par ce dernier, alors qu’il ne l’avait pas autorisé à le représenter à cette manifestation.

Le sens politique du Refuge Angers consiste donc à expliquer aux jeunes gays, lesbiennes, bis, trans, qu’il accueille que les violences symboliques qui consistent pour des élu·e·s à affirmer publiquement refuser de célébrer des mariages de couples de même sexe en raison de leurs convictions, qui consistent pour un élu à se rendre à une manifestation anti PMA en tant qu’élu, adjoint au maire d’Angers, n’ont finalement pas d’importance. Ces élus homophobes font partie de l’équipe d’un maire qui les a aidé·e·s à s’installer sur Angers, c’est ce qui compte. Aimez et votez pour des homophobes, devra-t-on leur expliquer, puisque c’est bon pour le Refuge Angers. Funeste naufrage de la défense des minorités sexuelles à Angers.

QUAZAR ne peut pas non plus passer sous silence le fait que cette installation du Refuge Angers, aidée par la majorité actuelle, s’accompagne de l’ouverture d’un Centre provisoire d’hébergement (CPH). Géré par le Refuge lui-même, ce CPH est exclusivement réservé à de jeunes réfugié·e·s LGBT, ayant obtenu leur statut et bénéficiant de la protection de la France.

QUAZAR, association de défense des personnes lesbiennes, gays, bis, trans, engagée depuis plus de 9 ans dans l’aide aux migrant·e·s LGBTI, est opposée à toute structure d’accueil exclusivement LGBTI. Tant au bénéfice des réfugié·e·s (CPH) que, demain, des demandeuses et demandeurs d’asile en Centres d’accueil de demandeurs d’asile (CADA).

QUAZAR s’oppose à tout outing forcé de toutes les personnes ayant fui les persécutions dans leur pays en raison de leur orientation sexuelle ou identité de genre, en les obligeant à intégrer des Centres d’accueil de demandeurs d’asile (CADA) 100% LGBTI.

QUAZAR plaide pour un accueil universel des tous les demandeurs et toutes les demandeuses d’asile en France. Des solutions de protection des personnes les plus vulnérables, parmi les personnes LGBTI, existent et sont expérimentées quotidiennement en France. Elles ne nécessitent certainement pas ces dispositifs qui ne visent qu’à un affichage politique bâti sur l’émotionnel, aidé en cela par Le Refuge, qui ne mesurent pas les conséquences désastreuses imposées aux personnes que l’on dit vouloir protéger.

Un responsable associatif peut annoncer le choix de son prochain vote. Ce n’est pas choquant.
Il est en revanche inacceptable que Le Refuge Angers, dont il est le représentant régional, devienne l’argument d’un pinkwashing qui passe volontairement sous silence toutes les autres réalités homophobes locales que l’association devraient pourtant combattre.

A Angers, comme partout en France, on ne transige pas avec les homophobes, de quelque bord politique qu’ils ou elles soient. Fussent-ils du sien.
A Angers, comme partout en France, on ne transige pas avec les LGBTphobies.

Stéphane CORBIN, président,
et le Conseil d’administration de QUAZAR.


  • Roch Brancour (5e), Karine Engel (20e), Maxence Henry (19e), Grégoire Lainé (39e) et Véronique Rollo. Les quatre premiers, sortant·e·s, se représentent en 2020 sur la liste de Christophe BÉCHU, respectivement aux places indiquées entre parenthèses.

    Les six listes officielles en lice aux élections municipales à Angers

Angers citoyenne et populaire (Gauche républicaine et socialiste, La France Insoumise, le Parti animaliste) – Claire Schweitzer et Djamel Blanchard.
Aimer Angers (Parti socialiste, Parti radical de gauche, Place publique) – Silvia Camara-Tombini et Stéphane Lefloch.
Angers écologique et solidaire (Europe Écologie Les Verts, Nouvel Élan, Génération.s, Parti communiste français) – Yves Aurégan et Anne-Sophie Hocquet.
Angers pour vous (Les Républicains, La République en Marche, MoDem, Agir, Mouvement Radical) – Christophe Béchu.
Choisir Angers (Rassemblement national, ex Front national) Olivier Douay.
Faire entendre le camp des travailleurs (Lutte ouvrière) – Céline L’huillier et Yann Béliard.